Au 3e jour, la grève à Ratier se durcit


 

 

LaDepeche

Publié le 15/01/2015 à 03:47

Le mouvement de grève lancé par la CGT Ratier, lundi après-midi, à la demande d’une partie des salariés, a franchi une étape hier.

La Cfdt a appelé à faire grève à son tour dès hier matin. La production sur le site figeacois selon les syndicats serait arrêtée à hauteur de 80 à 90 %.

«Nous revendiquons avec les salariés pour aller au-delà de ce qui est proposé par la direction, dans le cadre de ces négociations annuelles obligatoires. Nous sommes dans l’optique de gagner davantage, mais pas d’obtenir ces 70 € plancher. Actuellement, la direction a clôturé la discussion, nous maintenons la grève suivie par 300 à 350 salariés», expliquait Xavier Bourgade, secrétaire général Cfdt.

La CGT constate que le mouvement s’amplifie, parlant même de 55 % de grévistes. «L’augmentation proposée par la DRH est de 2,3 % de la masse salariale, hors hausse d’ancienneté, et hors participation employeur à la mutuelle (+0,1 %), et une somme plancher de 40 €», rappelle Jean-Philippe Couchet, délégué syndical CGT.

Celle-ci garantit à tout salarié, notamment les plus bas salaires, que son augmentation mensuelle sera au minimum de 40 € par mois.

«Chez nos camarades de Goodrich, ils ont obtenu ces 70 €, nous voulons être logés à la même enseigne dans le même groupe», lance la CGT, qui justifie : «Ratier est une entreprise extrêmement performante financièrement, alors que les salaires sont parmi les plus bas de notre secteur d’activité. Chez Airbus, c’est 3,4 % d’augmentation. Certes des gens sont mal payés ailleurs et nous sommes prêts à les défendre, mais nous comparons notre situation au regard de notre secteur d’activité aéronautique qui est florissant».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.