Consultation CE: Rapport Egalité Hommes-Femmes


Tous les ans la direction doit présenter un rapport « égalité professionnelle hommes-femmes ».

A la lecture de chaque rapport, il semble que la direction bouge certains curseurs pour obtenir des chiffres qui lui permettent de dire que les inégalités entre hommes et femmes se réduisent.

Bouger quelques indicateurs ne masque pas les incohérences liées à la politique salariale de la direction.

Par exemple, selon la direction, plus de 96 % des salariés de Ratier bénéficient d’une augmentation individuelle tous les ans !…vaste enfumage quant on sait que pour certains cette augmentation individuelle est quasi proche de 0 % ! C’est ainsi que les salariés qui n’ont que l’augmentation « plancher » sont considérés par la direction comme promus !

Quelle analyse peut-on donc faire de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes avec de telles incohérences ?!, si ce n’est que la politique salariale menée par la direction est totalement incohérente et illisible.

Les qualifications ne sont pas reconnues.

Les changements de coefficient ne sont pas valorisés par le salaire.

La stratégie de la direction divise les salariés, hommes et femmes.

La direction n’a jamais voulu mettre en place les outils pertinents pour mesurer les réelles inégalités, y apporter les corrections nécessaires et réparer en termes de salaires, d’évolutions, de promotions et de formations.

Sans outils, sans repère, sans panel, sans méthode, la politique menée par la direction de Ratier dans le cadre du traitement des écarts de salaires entre les hommes et les femmes n’est que du saupoudrage qui masque la faiblesse des salaires.

La Cgt demande une remise en cohérence de la politique salariale de Ratier-Figeac.

L’outil existe, ses règles sont retenues par la cour de cassation, il permet de mesurer à partir d’un « vrai panel » la dynamique du parcours professionnel qui est seule capable de révéler et d’établir une éventuelle différence de traitement entre les hommes et les femmes.

Durant la négociation de l’accord sur l’égalité professionnelle hommes-femmes, la Cgt avait fait des propositions, notamment sur la mise en place d’outils pertinents pour mesurer les écarts de salaires entre H/F. Comme relaté en début de tract, sans l’implication des salariés, ces propositions n’ont pas été retenues dans le projet d’accord, ce qui a amené la Cgt à ne pas le signer et à conduit à un plan d’action unilatéral de la direction qui reprend les dispositions du projet d’accord avec des mesures anecdotiques qui n’ont trouvé aucun écho auprès des salariés qui ne les ont pas utilisées, hormis le congé pour enfant malade qui n’est qu’une mesure d’équité entre cadre et non-cadre. Pour la Cgt, ces journées devraient être payées à 100%.

Depuis 5 ans et pas moins de 5 lois, l’écart de salaires entre les hommes et les femmes reste à 27% au plan national et ne se réduit pas chez Ratier.

Les lois n’imposent rien et les entreprises, notamment Ratier, s’appuient sur ces lois pour faire des faux-semblants tout en résistant à créer les conditions d’une vrai égalité Hommes / Femmes.

La direction doit prendre en compte les revendications de salariés portées par la Cgt, notamment dans le cadre de nouvelles négociations.

La composante Cgt au CE a donné un avis défavorable au rapport égalité H/F 2012.

Sans les salariés, pas d’avancées sociales.

  A l’approche des NAO, ensemble nous avons la possibilité de faire infléchir la direction pour une vraie politique sociale.

Pour instaurer les conditions d’un réel dialogue et de vraies négociations à Ratier, à chacun de trouver sa place et de devenir un acteur social de Ratier-Figeac.

S’impliquer peut se faire de différentes façons, débattre entre salariés, avec vos délégués sur les différents sujets sociaux, s’engager syndicalement en adhérant, en participant aux débats, en militant…

Syndicat Cgt Ratier-Figeac

Laisser un commentaire