Examen des Comptes entreprise


Mercredi 04 juillet s’est tenue la réunion annuelle d’examen des comptes entreprise pour l’année 2011. La mission d’expertise confiée par le CE au cabinet d’expertise Syndex portait sur la situation financière et la politique globale du groupe UTC et d’Hamilton Sundstrand,  le rachat de Goodrich par UTC et la situation économique et sociale de Ratier Figeac.

Groupe UTC, avec 58 Milliards de dollars de vente, 2011 dépasse le réalisé record de 2008, mais cela avec 25 000 salariés de moins ! L’emploi n’est pas la préoccupation de nos actionnaires. Les flux de trésorerie (cash flow d’exploitation) dégagés par le groupe UTC s’élève à 6.6 Md$, soit le plus haut niveau historique. La rentabilité financière du groupe est à 53%, ce qui veut dire qu’une action achetée 100 € en 2010 se vendait 153 € en 2011 !!! Peu de groupes peuvent se targuer d’une telle rentabilité.

Rachat de Goodrich par UTC, pour un montant de  18.4 Milliards de  dollars, malgré la vente de sites de la branche industrie, l’endettement du groupe va passer de 15% à 75%.

Selon l’expert comptable et M. Ferey ne le conteste pas, pour rembourser les emprunts le plus rapidement possible, le groupe va se réorganiser.

Cela va entrainer des rationalisations de sites de productions, des services (achat, études, finance, etc…), des suppressions d’emplois supplémentaires, et une pression accrue sur toutes les entités pour maximiser les remontées de dividendes.

Concernant l’analyse et les conséquences possibles de ce rachat, compte tenu du manque d’informations que nous possédons, avec 6 voix pour (5 Cgt+1 Cfdt) et 2 abstentions (2 Cgc) les élus CE ont voté une mission confiée à un cabinet d’expertise pour examiner les éléments déposés par le groupe UTC auprès de la Communauté Européenne à Bruxelles.

Hamilton Sundstrand (HS), à ce jour, faute de documents non remis par la direction aux experts, il n’y a pas eu d’analyse possible sur la situation de la branche « Propeller et actuation systems » dont M. Ferey est le responsable. Après débat en séance, la direction s’est engagée à transmettre ces documents avant la réunion mensuelle du 20 juillet. Ils feront l’objet d’un complément au rapport de l’expert.

Ratier-Figeac,  année record en 2011 avec 208 M€ de chiffre d’affaires et un résultat net de 15,4 M€ avec  8,7 M€ de dividendes versées à l’actionnaire. La valeur ajoutée (richesse créée) par salarié passe de 83 K€ en 2010 à 92 K€ en 2011.  Sur la période 2006-2011, la valeur ajoutée par salarié augmente de 42 %, par contre la part de cette valeur ajoutée reversée en salaires baisse de 5,8% et passe de 69.3% à 63.1%.

Cartographie sociale de Ratier-Figeac, la politique sociale menée par le Drh de Ratier, M. Atrous ne change pas d’une année sur l’autre :

  • Changement de coefficient pas reconnu…
  • Salarié promu ou non, sur 3 ans l’augmentation est la même…C’est le résultat de la politique d’individualisation des salaires qui nous met en concurrence.
  • Blocage de l’évolution sur les coefficients 215, 240 et 285, 1/3 des effectifs est bloqué dans ces coeffs !!!

M Atrous trouve cependant quelques petits moyens pour entretenir le trouble et la division dans toute l’entreprise. Loin de s’inscrire dans une politique salariale cohérente qui reconnaisse les qualifications de tous, il aurait attribué une prime exceptionnelle avoisinant 1000 € à certains salariés travaillant sur l’A400M. Nous rappelons qu’en 2011 ce sont 58 400 €, en 2010, 87 120 € de primes exceptionnelles distribuées, à qui, pourquoi ?

Ces primes servent à diviser et à mettre en concurrence les salariés, c’est un élément de la politique d’individualisation menée par la direction, dont la perversité est démontrée plus haut.

Exigeons une politique salariale qui reconnaisse la qualification la valeur travail au travers d’une grille de salaires cohérente.
La direction a les moyens de mener une autre politique sociale à Ratier-Figeac.

La Cgt a des propositions constructives, sur une autre répartition des richesses.

Syndicat Cgt Ratier-Figeac