Figeac. La grève aux portes de Ratier


Publié le 03/04/2013


Discrets, ils se sont installés à l’arrière des bâtiments Ratier Figeac, mais ils sont prêts à durcir le mouvement. Hier soir, une trentaine de grévistes de l’entreprise GT Logistics, prestataire de service pour Ratier, était rassemblée sur ce parking pour leur 4e jour de grève, entamée le 27 mars.

Bravant la pluie, ils expliquaient : «L’an dernier, nous avons reçu 1 300 € nets d’intéressement au titre de 2011. Cette année, rien ! Pourtant, GT Logistics est en croissance. Notre site de Figeac tire l’activité et enregistre de bons résultats, mais la direction évoque la perte sur d’autres sites. En gros, Figeac éponge le reste. Sachez que GT Logistics a fait des bénéfices en 2012».

C’est donc l’incompréhension pour cette trentaine de salariés et leurs collègues des sites de Biganos (Gironde) et Tarnos (Landes).

Au cours des négociations avec la direction, ils ont obtenu une proposition pour une prime mensuelle de 20 € bruts. «Nous refusons. Nous avons tous de petits salaires à 1 100 € nets par mois, l’ancienneté n’est même pas prise en compte. Certains ont plus de 30 ans de boîte», lâchent-ils.

Ils s’agacent aussi du peu de considération et d’écoute. «La direction de GT Logistics a envoyé le GIGT pour contrecarrer notre mouvement de grève et assurer un minimum de prestation logistique à Ratier».

Le GIGT est décrit sur le site internet de l’entreprise comme : »un groupe de volontaires sélectionnés parmi l’élite de nos employés,…, formés à intervenir dans les plus brefs délais, à n’importe quel endroit du territoire ».

«Nous demandons aujourd’hui 50 € bruts mensuels et 500 €, même cela, ils nous le refusent», regrettent les grévistes.

Du côté de Ratier, la direction, contactée hier, explique : «Nous n’avons pas à intervenir, c’est une problématique que GT Logistics doit régler en interne. Maintenant, on attend d’un prestataire de service qu’il assure les missions qui lui ont été confiées sans nuire à l’activité de notre entreprise».

La CGT Ratier a décidé de soutenir ces salariés dans leurs revendications et demande donc aux personnels de Ratier d’exprimer leur solidarité, en contribuant à une collecte de soutien.


«Un moyen de prémunir l’entreprise»

Damien Crespel, directeur général de GT Logistics.

Pourquoi n’y a t-il pas d’intéressement ? Le résultat n’est pas bon (15 millions de CA et 2 % de résultats nets) et le seuil de déclenchement de l’intéressement n’est pas atteint, alors qu’il l’est depuis 2002. C’est un moyen de prémunir l’entreprise qui reste avec un résultat faible mais pas négatif. Nous souhaitons un réaménagement de l’accord d’intéressement pour éviter ce phénomène.

Combien de personnes sont en grève ? À Figeac, 25. À Biganos, aucune, elles ont porté un brassard et un accord a été trouvé. À Tarnos, 1 heure de grève de 33 salariés et des discussions en cours.

Quelles sont vos propositions ? Il y a eu une hausse de salaire de 1.75 %, soit 25 € bruts, auxquels nous ajouterions 20 € de prime, pour prise en compte de site sensible avec rétroactivité.

Quel est le rôle du GIGT à Figeac ? De maintenir le service que nous devons à Ratier, pour ne pas perdre ce client, ce serait une catastrophe.

Laetitia Bertoni

Laisser un commentaire