Informations Cgt.


Des nouvelles du Gouvernement

HollandMEDEF

Après 20 Milliards d’euros de cadeaux en 2013, M. Hollande exonère à nouveau les entreprises de 30 Milliards d’euros de cotisations familiales.

Qui va payer la note ?

Pour commencer, vous l’avez peut être appris par note de service de la direction, les cotisations mutuelles (part dite patronale) vont être intégrées au revenu imposable.

Ceci malgré la signature d’un contrat groupe qui oblige les salariés à adhérer à la couverture mutuelle de l’entreprise et dont un des avantages mis en avant était la défiscalisation de la part patronale.

Des nouvelles du CE

Par tract du 16 mars 2012 la minorité Cfdt s’insurgeait contre la perte de 10 € par an sur les chèques vacances pour certains salariés (la frange du personnel la plus aisée au quotient familial).

Aujourd’hui, avec les nouvelles dispositions, l’aide (sports, loisirs, culture) qui variait suivant le quotient de 30 à 60 € est maintenant de 45 € pour tous.

Cela représente une perte (comme la Cfdt disait), de 15 € par an pour les salariés les plus défavorisés. Aucun salarié ne doit être pénalisé, la Cgt demande au bureau actuel de maintenir l’aide jusqu’à 60 €.

Commission de repêchageDéproge

La Cgt en concertation avec les salariés n’a pas demandé, comme depuis de nombreuses années, la mise en place de la commission de repêchage.

Alors que l’ensemble du personnel est lésé par les augmentations, pour la Cgt la solution n’est pas d’aller demander son dû individuellement auprès de notre Drh qui est l’instigateur de la politique antisociale de l’entreprise et qui se présente en redresseur de tort.

La solution pour l’ensemble du personnel ne se trouvera pas des démarches individuelles.

La Cgt appelle les salariés à débattre ensemble, à se rassembler et à porter des revendications collectives dans l’intérêt de tous et de chacun.

Contrat prévoyance

Lors de la réunion de vendredi 17 janvier à 14h00 la Cgt a porté la revendication formulée lors de l’assemblée du personnel pour plus d’équité sociale à savoir :

–       Diminution de la cotisation pour les non-cadres (totalité de la baisse de cotisation patronale vers la cotisation du salarié), soit entre 0,27 et 0,37% au lieu de 0.67%.

–       Amélioration de la garantie pour les non-cadres pour avoir une garantie identique à celles des cadres et prise en charge du coût par la direction.

La direction a indiqué qu’il n’était pas question de négocier les cotisations et les garanties.

La direction a présenté un avenant pour se mettre en conformité avec la loi afin de garder le caractère obligatoire de l’adhésion à cette assurance groupe et donc d’en conserver les avantages  fiscaux tant pour les salariés que pour la direction (Cette cotisation n’est pas encore intégrée au revenu imposable des salariés).

La Cgt a demandé que la direction donne le montant de cette exonération pour l’entreprise sur la part dite patronale, nous sommes toujours en attente de la réponse.

Sur complémentaire cadres

Jeudi 23 janvier nous avons rencontré les représentants Cgc qui avait répondu à notre invitation pour discuter de cet accord.

La Cfdt a refusé de participer à cette discussion dans ces termes par mail du 23 janvier à 7h54:

« Désolé pour cette réponse tardive, mais notre actualité est très chargée en ce moment.

Nous ne sommes pas favorables à dénoncer un accord (signé par tous les syndicats) qui enlèverait des acquis à certaines personnes.

Pour nous ce sujet n’est pas à l’ordre du jour. Comme nous vous l’avons déjà dit, ce sujet a été amené sans concertation, lors des NAO…  La CFDT ne participera pas à cette réunion. »

Nous avons échangé avec les représentants Cgc sur le mécanisme de fonctionnement de cette sur complémentaire. La Cgc n’est pas favorable à la dénonciation de cet accord qui selon elle obligerait certains des cadres concernés à travailler 2 à 3 ans de plus pour toucher une retraite complète. Selon la Cgc, la sur complémentaire à prestation définie permet à certains cadres (36 au total) de partir sans avoir les années de cotisations requises et sans décote puisque compensée par la sur complémentaire à prestation définie. Cela s’ajoute à des retraites confortables et une bonne espérance de vie.

La dénonciation de cet accord ne peut se faire que par les 2 parties signataires, d’un coté la direction, de l’autre les 3 organisations syndicales. La Cgt ne peut donc pas dénoncer cet accord seule.

La direction dégage des sommes importantes pour les catégories les plus aisés :

–       Jusqu’à 840 000 € en 2011 pour les cadres partis en retraite cette année là.

–       Selon l’ancienneté du cadre, l’entreprise prend en charge entre 1.5 et 8% du salaire en cotisation mensuelle pour assurer un complément de retraite dans le cadre de la sur complémentaire.

Pour plus de justice sociale la direction doit prendre en compte les besoins de l’ensemble des salariés. L’entreprise doit financer notamment l’aménagement des fins de carrières avec des temps partiels payés 100%, des départs anticipés notamment dans le cadre de la pénibilité.

L’entreprise dégage des sommes importantes pour les catégories les plus aisées, elle doit également dégager des sommes pour l’ensemble des salariés.

Contrat de génération

Le CHSCT a été consulté sur le plan d’action unilatéral de la direction sur le contrat de génération où la direction refuse totalement d’engager le moindre euro pour réparer les inégalités face au travail.

En l’absence de garanties collectives et/ou par des critères inatteignables, les plans d’actions (pénibilité, contrat de génération) mis en place par la direction, excluent les salariés de toutes reconnaissances et de toutes réparations de la pénibilité.

De plus, la direction va à l’encontre de son obligation de diminution des facteurs de pénibilité en accentuant la pénibilité, notamment en imposant de  plus en plus de travail en équipe et de nuit à des salariés des ateliers et maintenant des bureaux et des services supports.

La direction sacrifie délibérément en toute connaissance des années de vie d’une partie des salariés de l’entreprise. La direction doit répondre à son obligation de réduction des facteurs de pénibilité et réparer la pénibilité subie.

L’entreprise ne peut d’un coté accorder des avantages conséquents aux plus favorisés, d’un autre refuser de donner la moindre contrepartie à des salariés qui subissent la pénibilité.

Les bénéfices dégagés par l’entreprise permettent de prendre en charge à 100% des temps partiels dès 58 ans et de mettre en place des accords de préretraite dès 57 ans. De nombreuses entreprises ont déjà mis ces mesures en place, notamment en Mécanic Vallée.

Ces mesures permettraient l’embauche de jeunes.

Le plan d’action de la direction ne se limite qu’à une mise en place de quelques indicateurs, et n’engage pas la direction à embaucher notamment des jeunes, à offrir aux jeunes embauchés des perspectives d’évolution dans l’entreprise, de permettre aux jeunes de s’enrichir par la transmission du savoir par les plus âgés, de reconnaitre la qualification au travers du salaire, de reconnaitre la pénibilité à Ratier et mettre les moyens pour l’éradiquer ainsi que les moyens pour la réparer notamment par la mise en place de départs anticipés.

La composante Cgt au CHSCT a donné un avis défavorable à ce plan d’action.

La Cgt demande à la direction de poursuivre les négociations afin de prendre en compte les légitimes revendications des salariés.

Devant toutes ces inégalités , que faire?

S’informer, s’organiser, débattre, se rassembler…cela peut être un bon début pour retrouver le chemin de la justice et du progrès social

Lors des assemblées du personnel en début d’année, la grande majorité des salariés réunis a décidé qu’après chaque réunion mensuelle, une réunion d’information sera organisée.

Il faut aller plus loin, certains ont déjà fait le pas en rejoignant la Cgt.

Se syndiquer, c’est se donner les moyens de l’action collective, et se donner la liberté d’agir individuellement et collectivement pour faire valoir nos droits et gagner de nouvelles avancées sociales.

Sans syndiqué, pas de syndicat.

La cotisation des syndiqués (1% du salaire net dont 67% déductible des impôts) donne au syndicat les moyens pour informer (tracts, affiches, réunions…) et lui permet d’agir pour défendre les intérêts des salariés et de porter leurs revendications.

La Cgt, sa seule force c’est vous!

logo

Bulletin d’adhésion

 

Je me syndique à la Cgt pour participer

à la défense et à la négociation de mes revendications.

 

Nom : …………………………………………………………………….   Prénom : ………………………………………………..

 

Adresse : …………………………………………………………………………………………………………………………………..

 

Code Postal :     ……………………     Ville : ………………………………………………………………………………………..

 

Tél : ……………………………………………..   E-mail : ………………………………………………………………………………..

 

Bulletin à retourner à syndicat Cgt Ratier-Figeac ou à remettre à un délégué.

 

Pour nous joindre,  tel. : 05 65 50 56 54 ; E-mail : Cgt.ratier-figeac@wanadoo.fr

 

 Syndicat Cgt Ratier-Figeac

Laisser un commentaire