Journée de lutte des femmes


Le 8 mars, ce n’est pas la journée où on offre des fleurs ou des produits de beauté aux femmes.

Le 8 mars, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes !

Dans de nombreux pays à travers le monde, des mobilisations et des grèves ont lieu aujourd’hui pour exiger une norme internationale protégeant l’ensemble des femmes du monde contre les violences.

60 % des travailleuses dans le monde n’ont pas le droit au congé maternité.

L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes reste une attente forte pour les salariés. Cette égalité femmes/hommes n’est ni un slogan, ni une opération de communication, des mesures concrètes qui garantissent l’égalité doivent être mises en application :

1983 : la loi établit l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.

2014 : la loi sur l’égalité femmes / hommes est adoptée par l’assemblée Nationale.

Malgré des lois qui instaurent l’égalité entre les hommes et les femmes, sur le terrain, les choses ne sont pas aussi idylliques. Bien que la loi impose depuis 30 ans que les femmes doivent gagner à travail égal le même salaire que les hommes, il existe encore un écart important entre le salaire des femmes et celui des hommes.

82% des employeurs n’ont toujours pas mis en place des mesures de prévention.

En France, les femmes sont toujours rémunérées en moyenne 23.8%(*) de moins que les hommes ! 

(*) source Insee, Femmes et hommes, l’égalité en question, édition 2017.

80 % des femmes occupent des emplois précaires et subissent des temps partiels.

Même au sein de leur foyer, la répartition inégale des tâches domestiques fait bien souvent assumer aux femmes un double emploi.

La Cgt s’est toujours positionnée contre toutes formes de violence et de discrimination, Elle porte des propositions simples et concrètes pour :

  • garantir l’égalité salariale et revaloriser les emplois à prédominance féminine,
  • supprimer les discriminations (sexistes, racistes, syndicales…) à l’embauche et dans les carrières,
  • lutter contre les temps partiels de moins de 24h/semaine et la précarité,
  • protéger les femmes enceintes, améliorer les conditions de travail et soutenir la parentalité,
  • lutter contre les violences sexistes et sexuelles au travail et protéger les femmes victimes,
  • supprimer les stéréotypes de genre et le sexisme à l’école et dans les médias,
  • renforcer la mixité des filières de formation et des métiers,…

Rendons à cette journée du 8 mars, la dimension qui est la sienne.

Cette journée du 8 mars, doit être l’occasion de dialoguer, de débattre, de revendiquer pour peser sur les décisions que ce soit dans l’entreprise ou en direction des politiques afin que les femmes obtiennent des avancées concrètes dans l’application de leurs droits et parviennent à une véritable égalité entre femmes et hommes.

Syndicat Cgt Ratier-Figeac

Le site egalite.professionnelle.cgt.fr permet de connaître ses droits, de comprendre les origines des inégalités et de savoir comment y mettre fin et avec quels outils.

Laisser un commentaire