L’action, c'est maintenant !


Si elle représente pour certains repos et détente, cette période estivale reste pour beaucoup une période difficile où les soucis financiers, les problèmes d’avenir ne s’éloignent pas.

La crise est là, chez nous, comme dans de nombreux pays voisins. D’autres vivent, par le monde, des situations encore plus dramatiques, marquées par des conflits armés et répressifs.

LE CHANGEMENT, ÇA DEPEND AUSSI DE NOTRE INTERVENTION !

L’arrivée d’un nouveau Président de la République et d’une nouvelle majorité à l’Assemblée Nationale a suscité plusieurs réactions.

D’abord, la satisfaction d’avoir chassé un président arrogant et sourd aux attentes des salariés et des retraités, mais également l’espoir de changements dans de nombreux domaines.

Tant en matière économique que sociale, le président Hollande a promis le changement maintenant.

Mais les premières annonces novatrices marquant une réelle volonté de changement, se font attendre.

La maitrise des « déficits publics », dans le cadre du nouveau traité européen, semble prioritaire par rapport à la relance de la consommation, du pouvoir d’achat ou la bataille de reconquête industrielle et de ses emplois.

Ce qui n’a pas changé, c’est l’attitude du patronat qui reste cantonné dans une volonté de culpabiliser les salariés de par leurs acquis sociaux, en pointant ce qu’ils appellent, « le coût du travail ».

Comme en Espagne ou en Grèce, le patronat français demande, au nom de l’emploi, toujours plus de souplesse du Code du Travail afin de licencier plus facilement.

Les annonces de restructuration chez PSA ou chez IBM, le chantage à l’emploi chez SEVELNORD en sont les symboles pour ce qui concerne notre profession.

Les mobilisations des salariés restent la meilleure réponse face à ces attaques de toute part.

Elles doivent s’élargir en cette rentrée et avoir le soutien du gouvernement.

Après plusieurs mois de luttes des salariés d’ARCELOR MITTAL Florange, les services de l’état viennent de publier un rapport validant en grande partie les propositions de la CGT.

D’une part, la fiabilité économique du site et la nécessité de garder sa cohérence industrielle avec ses emplois et ses savoir-faire.

D’autre part l’absence d’investissements réguliers de la part de l’actionnaire fragilise l’outil industriel.

Les syndicats et les salariés de PSA se sont mobilisés à plusieurs reprises durant le mois de Juillet contre le plan de licenciement de la direction, uniquement soucieuse de la baisse du cours de l’action du groupe.

Ils ont réussi à freiner l’échéancier fixé par la direction, pour travailler plus précisément des alternatives aux politiques menées.

Cette situation est la même dans l’ensemble des filières industrielles avec des conséquences dramatiques pour les salariés. Il est temps de remettre l’économie à l’endroit.

Chez ARCELOR comme chez PSA, l’Etat doit appuyer l’action des salariés et sanctionner l’actionnaire défaillant, quitte à prendre en partie ou en totalité sa place.

Il n’y a pas de fatalité dans la situation que nous vivons, il existe donc des solutions nouvelles et modernes pour en sortir.

LA CGT DECIDÉE À NE PAS SUBIR

Notre organisation syndicale a formulé de nombreuses propositions alternatives lors de la grande conférence sociale organisée par le Président de la République début juillet, que ce soit sur les salaires, la protection sociale, l’emploi, etc…

Le MEDEF a, pour sa part, amplifié les mauvais coups mais aussi les pressions et chantages de toutes sortes pour ne rien lâcher sur le fond.

Dans ce contexte, la CGT a œuvré avec d’autres organisations pour passer à l’offensive.

Nous ne voulons pas uniquement résister, nous voulons être à l’offensive et travailler de véritables alternatives à la crise.

Ainsi en Europe, 190 organisations syndicales dont les 5 françaises (Cgt, Cfdt, Cgc, Fo, Cftc) ont décidé d’une semaine d’actions avec un temps fort le 9 octobre prochain, autour de l’industrie et de ses emplois, contre la précarité et le chômage.

En France, cette journée pourrait se traduire par des arrêts de travail et une participation nationale à PARIS et deux rassemblements décentralisés à LYON et BORDEAUX.

CETTE INITIATIVE DOIT CONSTITUER UN PREMIER TEMPS FORT D’EXIGENCE
POUR DE VERITABLES ALTERNATIVES À LA CRISE,  MAINTENANT !

Agir tous ensemble, c’est d’abord débattre et agir dans son entreprise avec ses collègues de travail.

C’est ce que propose la CGT en cette rentrée de congés.

Nous invitons chacune et chacun d’entre vous à participer à ces débats et ces rassemblements, à ne pas subir et donner son avis.

Nous proposons à chacun(e) de prendre toute sa place dans la construction du syndicalisme.

Nous travaillons à ce que le syndicalisme soit toujours plus démocratique avec une démarche de contestation et de construction d’alternatives nouvelles et novatrices.

Faire grandir le rapport de forces en notre faveur, implique un syndicalisme plus fort en nombre d’adhérents(es) où chacun(e) compte.

L’ADHESION CGT C’EST MAINTENANT !

Laisser un commentaire