Les bonnes pratiques d’un systémier


 

 

A longueur de journée on vous bassine sur le travail qui serait un coût, jamais un mot sur le coût du capital (les dividendes versés aux actionnaires).

La distribution de dividendes aux actionnaires est devenue la seule priorité des grandes entreprises, elle se fait au détriment des travailleurs. Les salariés sont pressurés, leurs conditions sociales sont tirées vers le bas, leurs conditions de travail se dégradent sans cesse.

Pour satisfaire les actionnaires d’UTC, la direction de Ratier n’est pas en reste. Salaires en bernes depuis des années, intéressement réduit à néant, emploi qui stagne alors qu’il devrait exploser, délocalisation au Maroc, externalisation, sous-traitance, utilisation dans tous les secteurs de l’entreprise de salariés précaires, CDD, intérims et prestataires.

Avec 23% de salariés précaires chez Ratier, nous travaillons tous les jours avec à nos côtés un salarié en situation précaire, 61 CDD, 87 intérims, et plus de 150 prestataires (Actémium, Avantis, Allez, Excent, Altran, Fiducial, ISS, GT, Cofélie…).

Le cahier des charges imposé par Ratier aux sociétés prestataires est répercuté sur les conditions de travail des salariés de ces entreprises prestataires. C’est ainsi qu’ISS société prestataire du nettoyage à Ratier, pour augmenter toujours ses marges et satisfaire aux conditions de Ratier, utilise des pratiques ahurissantes !

–        A cause du manque d’effectif, les plannings sont modifiés en permanence.

–        Les salariés sont sans cesse interrompus dans leur travail pour aller traiter des urgences, ce qui entraîne un manque de qualité qui est ensuite reproché.

–        Les salariés, surtout s’ils sont en CDD ou intérimaires, sont appelés par la hiérarchie chez eux pour des changements d’horaires des modifications dans le planning des jours de travail, « demain tu viens travailler…demain restes chez toi… ».

–        ISS va jusqu’à faire des CDD d’un jour, c’est fréquent! Honteux!

–        Le matin, c’est le premier salarié qui passe, qu’il soit CDI, CDD ou intérimaire qui est désigné responsable de site et se voit attribuer le téléphone portable ISS du site (Poste 5150), à lui de se « démerder » par la suite.

–        2 mois pour avoir des chaussures de sécurité, pas de tenues de travail , pas de gants… pire, certains salariés en CDD sont obligés de s’acheter eux-mêmes leurs chaussures de sécurité !

 

ISS est un acteur majeur du marché des services aux entreprises et aux collectivités.
ISS France est une filiale du 4ème employeur privé mondial (510 000 collaborateurs, 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisés dans plus de 77 pays).
Il s’agit également du premier employeur étranger en France avec 25 500 collaborateurs, au service de plus de 60 000 clients.
ISS a été sacré premier prestataire mondial d’externalisation en 2013, 2014 et 2015.
(Données Issues du Site ISS)

 

De l’exploitation à l’esclavage il n’y a qu’un pas, ISS l’a franchi avec l’utilisation des contrats AFPR (Action de Formation Préalable au Recrutement).

ISS signe une convention avec pôle emploi et recrute un jeune pour le « former » pendant 400 heures, soit environ 3 mois, au maniement de machines à laver les sols et au balayage, au bout de quelques heures, il est autonome et travaille comme tous les salariés d’ISS.

Pendant 3 mois, le salarié en formation perçoit 10€ par jour.

Pôle emploi verse à ISS 5 € par heure pour les 400 heures. 2000 € pour ISS 570€ pour 3 mois de travail pour le salarié ! 1430€ de bénéfice pour 3 mois de travail gratuit.

La seule obligation d’ISS est de prendre le salarié en CDD 6 mois minimum à l’issue des 400 heures.

Le salarié travaille 9 mois pour ISS. ISS n’a que 5 mois à payer au SMIC !

2 salariés sont déjà passés par les contrats AFPR. Ces 2 salariés ont été virés par ISS à l’issue du CDD de 6 mois ! Un nouveau salarié va être formé sous peu…

Payer des salariés 10 € par jour, c’est de l’esclavage !

 

Alors que l’on stigmatise plus de 5 millions de chômeurs et les plus démunis dans notre pays, il est scandaleux de voir que l’argent de nos impôts alimente les caisses des actionnaires servis par des patrons fraudeurs et esclavagistes.

Cet argent public ne servira pas pour nos routes, nos écoles, nos hôpitaux, nos services publics en général ni notre système de protection sociale.…

La direction de Ratier est responsable de ces pratiques. C’est la direction de Ratier qui rédige pour la prestation de nettoyage, le cahier des charges avec des prix au rabais qui implique des conditions désastreuses pour les employés d’ISS.

La Cgt demande à la direction qu’elle mette fin à ces pratiques esclavagistes et demande que les salariés d’ISS ainsi que les autres prestataires qui le souhaitent, soient embauchés en CDI par Ratier-Figeac.

 

Syndicat Cgt Ratier-Figeac

Laisser un commentaire