Réunions mensuelles CE / DP La Cgt vous informe


Situation de l’entreprise

Le chiffre d’affaires pour l’année 2011 est exceptionnel, avec 230 M€ réalisé pour un prévisionnel de 217 M€. Selon notre Pdg M. Ferey, les perspectives pour Ratier sont bonnes avec les montées en cadences de plusieurs programmes.

Ces résultats ne freinent pas notre direction dans sa volonté de réduire les investissements sur le site de Ratier-Figeac…

…Récemment, les 11 salariés du Traitement Thermique ont été informés par leur hiérarchie de l’arrêt de leur activité à court terme. A la demande de la Cgt en réunion CE, notre Pdg a expliqué une nouvelle fois que « Ratier ne pouvait pas tout
faire » !!!.

Il a précisé que l’activité Traitement Thermique pourrait être confiée à la sociétéBodycote (spécialiste en traitements thermique, de surface, analyses métallurgiques etc) qui s’installerait sur le Figeacois.

L’argument principal de la direction est le suivant « Faut-il investir 10 à 12 M€ sur le Traitement Thermique ou sur la Recherche et Développement ? ».

Pour la Cgt, il n’est pas acceptable de mettre les deux en opposition, sans R&D il n’y a pas de production et inversement. Avec 20 M€ par an de bénéfice net après impôts, Ratier a largement les moyens d’investir sur un T.Th et sur la R&D. La direction fait ici le choix de répondre à l’actionnaire qui demande de réduire les investissements sur ses sites, augmenter la production dans les pays low-cost et sous-traiter le maximum d’activités.

Concernant la sous-traitance sur le site de Figeac, des salariés nous ont fait part des remontrances qu’ils subissent. Un arrêt de travail a été nécessaire pour l’un d’entre eux, arrivé à bout. Ces salariés travaillent au quotidien avec nous et pourtant ils n’ont pas les mêmes conditions, leurs droits sont souvent bafoués.

La Cgt a rappelé la responsabilité sociale de l’entreprise envers les salariés des entreprises sous traitantes qui travaillent pour Ratier sur notre site comme à l’extérieur.

Notre direction nie la situation décrite tout en renvoyant la responsabilité à la hiérarchie des sous-traitants.

Par ailleurs, les salariés de Ratier trouvent aberrant l’utilisation de prestataires dans tous les services (Méthodes, BE, Support Client…) alors que les postes qu’occupent ces salariés sont pérennes et que la charge de travail permettrait de les embaucher. Depuis des années, la Cgt porte la revendication à chaque réunion mensuelle pour l’intégration dans l’effectif Ratier, des prestataires, des intérimaires et des salariés des entreprises sous traitante afin que Ratier conserve tout son savoir faire et que le site de Figeac ne devienne pas une zone de non droit.

Pénibilité

La direction a réaffirmé que le travail posté (équipe, nuit, WE) allait s’accentuer. La direction ne souhaite pas investir sur des moyens matériels qui permettraient aux salariés de travailler en normale.

Ces investissements pourraient réduire la pénibilité qui touche particulièrement les ouvriers qui ont une espérance de vie moindre de 7 ans que les cadres.

Concernant la négociation sur la pénibilité annoncée par M. Atrous lors des mensuelles d’octobre, il semblerait que la direction affine dans son coin son calcul des effectifs exposés. Serons-nous demain en dessous les 50% de salariés exposés à une source de pénibilité… afin de se soustraire à une négociation ?

Pour la Cgt, la direction doit tout mettre en œuvre pour éliminer les sources de pénibilité et notamment le travail en équipe, elle doit aussi réparer notamment au travers de départs anticipé le préjudice subit par les salariés.

Procès en cours

Dans le procès qui l’oppose à ICE Corporation l’entreprise est d’ores et déjà condamnée à payer 9 M€.

L’appel formulé ne porte que sur le complément de 5 M€.

N’aurait-il pas été judicieux de dédommager ICE à hauteur de ce qu’ils demandaient à l’amiable (300 000 € environ) plutôt que de s’engager dans des procédures dont l’issue n’est jamais connue ?

Après le 29 novembre où, par 2 fois, Ratier était devant la cours d’appel d’Agen, c’est maintenant le 15 décembre que Ratier va devant le tribunal administratif pour contester un redressement URSSAF d’un montant proche de 320 000€.

En ce qui concerne la discrimination syndicale, après les 8 jugements en 1ièreinstance, en appel et cassation où la direction a perdu 7 fois, le rapport de l’expert demandé par la présidente du tribunal des prud’hommes n’a toujours pas été remis à ce jour. L’avocate des 9 militants Cgt discriminés est intervenue à plusieurs reprises pour que ce rapport soit enfin rendu.

Condition de travail

La Cgt a une nouvelle fois soulevé le problème de manque de place sur le parking F4/F6. Malgré les problèmes engendrés et les risques d’accident que cela induit, la direction renvoie au budget 2012.

Syndicat Cgt Ratier-Figeac