RPS & Stress


Lundi 27 février 2012, la direction avait convoqué le COPIL (COmité de PILotage) à une réunion dans le but de faire des propositions de piste pour la mise en place d’indicateurs permettant d’assurer un dispositif de veille RPS et de stress au travail.

Comme le prévoit le plan d’action de la direction, le COPIL est composé du DRH représentant la direction, du responsable EHS, d’un responsable ACE, d’un membre de chaque organisation syndicale et du secrétaire du CHSCT, du médecin et des infirmières.

A noter l’absence du représentant de la direction, M Atrous DRH, du responsable EHS et le départ avant la fin de la réunion du responsable ACE.

Après avoir donné l’illusion et fait croire à sa volonté de réduire les facteurs de stress et de RPS,  la direction aurait elle atteint son but.

L’intérêt qu’elle disait porter à la réduction des facteurs de Risques PhyscoSociaux se serait-il émoussé depuis que les membres Cgt au CHSCT ont décidé de ne pas se pourvoir en cassation de la décision du tribunal d’Agen.

Donc, temporairement, de ne pas avoir recours à une expertise !

Cela confirmerait-il ce qu’avançait la Cgt sur les réelles intentions de la direction qui était de ne pas mettre à jour les réelles causes de souffrance au travail notamment en ne remettant pas en cause l’organisation du travail qu’elle a mis en place ?

Ils ont insisté une nouvelle fois sur le fait que des experts ayant des compétences avérées en la matière avec un ordre de mission axée sur la mise à jour des causes de RPS et de stress à Ratier aurait été nécessaire.

Les 2 représentants Cgt  ont insisté sur le fait que si des moyens n’étaient pas dégagés pour éradiquer à la racine les causes de stress et de RPS les indicateurs ne servaient à rien.

Syndicat Cgt Ratier-Figeac