STOPPONS LES RÉGRESSIONS SOCIALES DE MACRON !


Aux ordres des patrons, le PDG Emmanuel Macron et son DRH Edouard Philippe, veulent détruire le code du travail en supprimant des acquis sociaux obtenus durant plus de 100 ans de luttes sociales en France.

 1874      Loi sur le travail des enfants limitant l’emploi avant 12 ans.

 1884      Loi autorisant la création des syndicats.

 1892      Interdiction du travail de nuit des femmes.

 1906      Repos obligatoire de 24 heures hebdomadaires.

 1910      Loi sur les retraites ouvrières et paysannes. L’âge de la retraite est fixé à 65 ans. L’espérance de vie est alors de moins de 49 ans.

 1919      Limitation de la journée de travail à 8 heures (et la semaine à 48 heures). Loi sur les conventions collectives (sans réel effet avant 1936).

 1930      Mise en place des assurances sociales.

 1936      Accords Matignon : Augmentation générale importante des salaires – Mise en place des « délégués ouvriers » dans les entreprises de plus de 10 ouvriers – Loi sur les 40 heures hebdomadaires – Loi sur les congés payés (deux semaines) – Loi sur les conventions collectives.

 1945 – 1947        issue du programme du Conseil National de la Résistance, au nombre des acquis durables de la Libération figurent les nationalisations de grandes entreprises et la participation des salariés à leur gestion – les comités d’entreprises – mise en place de la Sécurité Sociale – statut de la fonction publique – grille des salaires – inscription du droit de grève dans le préambule de la Constitution.

 1950      Création du SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti).

 1956      Adoption de la troisième semaine de congés payés – fond de solidarité pour les « vieux travailleurs » – réduction partielle des abattements de zone sur les salaires.

 1958      Création des ASSEDIC.

 1968      Accords de Grenelle : Extension de la quatrième semaine de congés payés (adoptée le 2 mai, avant les mouvements de grève) – loi reconnaissant la section syndicale d’entreprise -augmentation du SMIG de 35% – augmentation des salaires de 15 à 20% parfois plus -échelle mobile des salaires dans de nombreuses branches – retour progressif aux 40 heures hebdomadaires abandonnées après la guerre

 1971      Loi sur le paiement mensuel des salaires – accords syndicats-patronat puis loi sur la formation professionnelle continue.

 1974      Décret sur les CHS (Comité d’Hygiène et de Sécurité) – accord interprofessionnel, instituant l’indemnisation du chômage à 90% en cas de licenciement économique.

 1975      Loi sur le contrôle des licenciements économiques.

 1979      Loi délimitant les contrats à durée déterminée.

 1981      Loi sur le travail à temps partiel.

 1982      Loi Auroux : Réduction de la durée légale du travail à 39 heures – institution de la cinquième semaine de congés payés – abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans – extension des droits syndicaux, création du droit d’expression des salariés – création des CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail).

 2000      Loi Aubry : Passage aux 35 heures dans les entreprises de plus de vingt salariés.

2004      Accord sur l’égalité hommes – femmes.

L’attaque de Macron contre les salariés, les privés d’emploi et précaires, les jeunes, les retraités est d’une violence extrême!

C’est le retour au patronat de droit divin et l’insécurité sociale généralisée avec :

  • La fin du code du travail comme socle commun de droits pour tous !
  • L’instauration d’un code du travail par entreprise, via la généralisation d’accords dérogatoires !
  • La baisse des salaires !
  • La fin des 35 heures et des droits qui s’y rattachent comme le travail de nuit !
  • Généralisation de la précarisation de l’emploi, la remise en cause des clauses des contrats de travail et CDD renouvelables à l’infini !
  • La possibilité de licencier plus facilement et de plafonner les indemnités !
  • La hausse de la CSG !
  • La baisse des allocations chômage !
  • La baisse des aides au logement et de toutes les prestations sociales et familiales !
  • La casse de la Sécurité Sociale au bénéfice des assurances privées !
  • La casse du statut des fonctionnaires en cohérence avec celle du code du travail ! 

 

La solution efficace et gagnante pour combattre les ordonnances Macron, c’est la mobilisation la plus large possible, c’est la grève et les actions unitaires dans les entreprises, les services, les facultés, les lycées, les associations… Tous les lieux où l’on crée du collectif pour construire le rapport de force.

Toutes les mobilisations et les luttes doivent converger sur des temps forts, pour gagner des droits dignes du XXIème siècle.

 

 

 

Jeudi 21 septembre

Decazeville de 9h00 à 11h30 devant le Laminoir

Manifestation pour interpeller les patrons de la Mécanic Vallée,

contre les ordonnances Macron et pour nos garanties collectives.

 La Cgt Ratier appelle l’ensemble des salariés cadres, techniciens, administratifs, ouvriers de Ratier, sous-traitants et prestataires, à participer massivement à cette manifestation (*).

(*) Salariés en normale, équipe, soir et nuit vous pouvez exercer votre droit de grève la journée complète.

Laisser un commentaire